Get Adobe Flash player
CIPCRE-Bénin : 1993 – 2019 : 26 ans d’engagement pour un Bénin plus humain, sain et vert.

Articles

Villages Pilotes de PAdaClim

Les Comités Villageois de Développement (CDV) et les Conseils Villageois (CV) renforcent leurs capacités

 

Pour la mise en œuvre du Projet d’appui à l’Adaptation aux Changements Climatiques dans l’Ouémé et dans la Donga (PAdaClim), le CIPCRE-Bénina retenu une approche participative et holistique dite approche « Village Pilote » (VP) qui met, entre autres, avec un accent particulier sur le renforcement des capacités.

Contexte et justification

 L’approche VP se traduit par la mise en place d’un Comité de Développement du Village qui est l’émanation des différents groupes socioprofessionnels des Villages et qui est chargé d’identifier les principales activités de l’année, de prendre les dispositions nécessaires pour leur mise en œuvre, et de suivre la réalisation effective des activités et les résultats/effets engrangés. Les CDV ont été initiés au cours de la première phase du Projet dans les quatre VP avec des résultats variables dont la responsabilisation des bénéficiaires. Quant à la stratégie de mise en œuvre de PAdaClim-Bénin dans sa globalité, elle permet :

i)   de créer une plateforme favorable à la participation des parties prenantes à la conception mais aussi à la mise en œuvre du projet ;

ii)  d’intégrer la nature changeante de l’environnement d’intervention du projet et

iii)  d’assurer la durabilité des acquis du projet.

Un aspect positif ressorti des entretiens d’évaluation avec les membres de CDV au cours de l’évaluation finale de la première phase et des journées d’auto-évaluation participative est que le comité est aussi perçu comme une instance de discussion, de prise de décision et même de règlement de conflits entre les bénéficiaires. Quelques contraintes limitent néanmoins l’efficacité de ces structures, notamment :

(i)                 le non enregistrement des CDV qui ne leur permet pas de disposer d’un statut formel pour engager des démarches de recherche de partenariats ou de financement auprès des PTFs,

(ii)                l’appropriation insuffisante du rôle des CDV,

(iii)             le manque ou l’insuffisance de formations spécifiques sur le rôle des CDV et leurs méthodes de travail,

(iv)              le manque de matériels de travail (bottes, imperméables, moyens financiers pour prendre des crieurs pour la sensibilisation),

(v)                l’insuffisance de sensibilisation pour éviter les risques de confusion entre les attributions du CDV et celles des autorités villageoises représentées par le Chef de Village,

(vi)              l’irrégularité des réunions périodiques des membres du CDV,

(vii)            la limitation du rôle des CDV à la mobilisation ou au suivi de base alors qu’ils devraient aussi faire un suivi technique,

(viii)         l’absence de cadre d’échange ou de partage d’expérience entre les CDV du projet. Dès lors, des documents régissant le rôle des CDV, des formations spécifiques en plus d’un accompagnement soutenu sont nécessaires pour rendre effectifs ces groupes relais.

Sessions de formation

C’est dans ce cadre que se sont inscrites les sessions de formation des CDV et CV des villages pilotes de Gnanhouizounmè (Commune de Bonou), de Houèdo-Wo (Commune d’Adjohoun) et de Késsounnou (Commune de Dangbo) sur leurs rôles et responsabilités en matière de développement communautaire et sur la gestion des infrastructures et équipements sociocommunautaires. Au total 90 acteurs dont 27 femmes membres des CDV et CV de ces trois VP du Sud ont participé aux sessions de formation du 21 au 28 février 2019. Après le rappel des responsabilités qui incombent au CDV en tant que moteur ou catalyseur du développement local, il a été relevé les critères de sa légitimité, ses relations avec les élus locaux et les organisations communautaires. L’équipe du Projet, facilitatrice des formations, a également relevé les rôles de chacun des membres du comité et les a interpellés sur la co-responsabilité dans le travail du comité.

A l’issue de ces sessions de formation, les participants ont pu comprendre leurs rôles et responsabilités et le système de gestion des infrastructures et équipements sociocommunautaires. Pour bien assumer ces rôles et missions, les CDV et les CV se sont engagés à mobiliser l’ensemble de la population pour un développement harmonieux du milieu afin d’améliorer les conditions de vie des familles.La formation a pris fin sur une note de satisfaction des participants qui, une fois éclairés, ont promis chacun d’être dynamique et entreprenant.