Get Adobe Flash player
CIPCRE-Bénin : 1993 – 2019 : 26 ans d’engagement pour un Bénin plus humain, sain et vert.

Articles

PESTE DES PETITS RUMINANTS A OUAKE
Des victimes dans les rangs des bénéficiaires du projet PAdaClim-Bénin dans le village pilote de Kom’dè

Le Projet d’appui à l’Adaptation aux Changements Climatiques dans l’Ouémé et la Donga, au Bénin (PAdaClim-Bénin), piloté par le CIPCRE-Bénin et cofinancé par l’Organisme allemand Pain pour le Monde-Service Protestant de Développement (PplM)et le Département Missionnaire suisse DM-échange et mission,est mis en œuvre dans quatre villages pilotes au Bénin dont Kom’dè dans la Commune de Ouaké, Département de la Donga. Des éleveurs de ce village qui constituent une cible bénéficiaire prise en compte par le Volet 1 « Agriculture, foresterie et énergie » de ce projet, ont traversé au cours des mois de décembre 2017 et janvier 2018 une situation désastreuse.
En effet, dans cette période, près de la moitié du cheptel des ovins (moutons) et des caprins (cabris) a été décimée par la peste. Au total, vingt-sept (27) cabris et soixante-dix-sept (77) moutons ont été emportés par cette peste dans les rangs des vingt-un (21) éleveurs bénéficiaires du village pilote de Kom’dè. D’après les estimations, la perte financière s’élève à trois millions cent vingt mille (3.120.000) francs CFA.
Selon les victimes, les manifestations de cette peste se traduisent par une diarrhée sanguinolente, un écoulement des narines et l’affaiblissement des animaux atteints. Certains éleveurs ont déclaré n’avoir observé aucun symptôme de maladie avant la mort de leurs bêtes. A en croire ces mêmes éleveurs, la mort de certains animaux est due à l’indisponibilité de vétérinaire pour vacciner les bêtes à temps. Certains ont avoué avoir perdu leurs animaux suite à leur alimentation par les épluchures de manioc.
Approché, Mr SANKAMAHO Ibrahim, un vétérinaire du CARDER-Atacora-Donga intervenant dans la Commune de Ouaké a affirmé que la peste des petits ruminants (ovins et caprins) s’observe non seulement en début de saison sèche (novembre à janvier), période marquée par le vent sec et froid d’harmattan, mais aussi en saison pluvieuse courant août. Elle se manifeste par une diarrhée sanguinolente parfois morveuse, le jetage, la formation des papules au niveau de la muqueuse buccale, l’affaiblissement des animaux atteints et le larmoiement. D’après lui, les animaux sont atteints de peste par défaut de vaccination. Il a également affirmé que certains confondent d’autres causes de mort de leurs bêtes à la peste. Par exemple, l’alimentation des moutons avec les épluchures de manioc peut entraîner leur mort parce que ces épluchures contiennent des tanins qui sont toxiques pour les animaux. Il conseille la vaccination à titre préventif avec un vaccin comme capripestovax et un traitement avec les sulfamides (sulfa 33 %, oxytétracycline 5%, oxytétracycline 10%) lorsque les animaux sont déjà malades.