Get Adobe Flash player
CIPCRE-Bénin : 1993 – 2019 : 26 ans d’engagement pour un Bénin plus humain, sain et vert.

Articles

Campagne de mobilisation interreligieuse pour la sauvegarde de la création: La lutte contre les changements climatiques se précise

Des confessions religieuses se mobilisent à travers une Conférence-débat à l’occasion de la Journée Mondiale du Climat.


Les changements climatiques représentent l’un des défis majeurs auxquels l’humanité fait actuellement face en matière d’environnement et de développement. D’un sommet à l’autre, d’une COP à l’autre, on peut dire que la mobilisation se fait au niveau international où l’on note aussi des engagements importants de la part des dignitaires religieux et mouvements religieux : le Saint siège ne cesse d’interpeller l’humanité sur sa responsabilité et en 2015, le pape François a fait porter sa lettre encyclique « Laudato Si’ » sur la sauvegarde de la maison commune ; le Conseil Œcuménique des Eglises depuis les années 80 jusqu’à nos jours engage ses membres dans le processus Justice, Paix et Sauvegarde de la Création, des initiatives ne manquent pas non plus dans le monde islamique et autres.

Mais il faut reconnaître que la même conscience et le même engagement ne se manifestent pas encore à suffisance au niveau du citoyen, des fidèles, des autorités locales et des organisations à la base. De ce fait, les confessions religieuses du Bénin reconnaissent qu’elles ont une obligation d'existence des générations futures.

Mobilisation autour des défis des changements climatiques

C’est pourquoi à l’occasion de l’édition 2016 de la Journée Mondiale du Climat, les confessions religieuses en partenariat avec le CIPCRE-Bénin ont organisé le vendredi 9 décembre 2016 dans la grande salle de réunion du CIPCRE-Bénin une conférence-débat dans le but de lancer une campagne de mobilisation sur les défis des changements climatiques au Bénin.

Cette conférence débat a connu la participation effective de 55 personnes responsables à divers niveaux :

-          Les leaders religieux (catholiques, EPMB et églises évangéliques, ECC, Islam et religions endogènes) ;

-          Les acteurs d’autres organisations de la société civile : ONGs et réseau d’ONG actifs dans le domaine de l’environnement et les acteurs des médias ;

-          Les acteurs des services centraux et déconcentrés de l’Etat ;

-          Les acteurs des Mairies du Département de l’Ouémé (élus communaux et agents techniques) ;

-          Les partenaires techniques et financiers comme le FEM/PNUD.

Présidée par le Directeur Général Adjoint de l’Environnement et des Changements Climatiques (M. Justin NATTA), la conférence a été techniquement animée par quatre panélistes :

-          M. Justin NATTA sur le thème introductif « le défi des changements climatiques au Bénin et les réponses de l’Etat, des communes et des ONG » ;

-          Le Révérend Père Nicolas HAZOUNME sur le thème « les confessions religieuses et la sauvegarde de la création : point de vue de l’église catholique » ;

-          Le Révérend Pasteur Amos HOUNSA sur le thème « Les confessions religieuses et la sauvegarde de la création : point de vue des églises d’obédience protestante et évangélique » ;

-          M. Patrick ALLABI sur le thème « Les pratiques des religions endogènes et traditions favorables à la préservation de l’environnement ».

 

Résultats quantitatifs et qualitatifs

Au terme des communications et des échanges, des résultats qualitatifs ont été obtenus et des recommandations formulées dans le cadre des actions futures.

Les résultats qualitatifs engrangés portent sur la connaissance et la diffusion des efforts de toutes les structures participantes et confessions religieuses en matière de préservation de l’environnement et plus particulièrement en matière de changement climatique.

En effet, à travers la communication introductive du panéliste Justin NATTA sur  « le défi des changements climatiques au Bénin et les réponses de l’Etat, des communes et des ONG », les participants ont compris les concepts liés au changement climatique, les principaux risques climatiques du Bénin et leurs impacts sur les divers secteurs d’activités. Ensuite les participants ont été informés sur les efforts consentis au niveau de l’Etat central, des communes et des ONGs. Il est à retenir que depuis la ratification de la CCNUCC, le Bénin a initié divers programmes / projets pour une prise en compte des CC dans les plans et stratégies de développement. De même, au niveau des communes, des efforts sont de plus en plus déployés pour l’intégration des CC dans les PDC. Les participants sont également informés sur les innombrables efforts des ONG dans le champ de la gestion des changements climatiques au Bénin. Par exemple, la promotion des foyers économiseurs d’énergie qui constituent une technologie essentielle d’atténuation des CC au niveau des populations rurales est exclusivement une activité des ONG au Bénin. Après avoir évoqué les actions concrètes initiées par des confessions religieuses (l’éducation environnementale et les CC dans la formation des séminaristes par l’Evêque de Natitingou, la participation à la lutte contre les catastrophes (Caritas,  Croix Rouge), le reboisement par les religieux et les forêts sacrées, etc.), le panéliste en est venu à la conclusion que ce n’est qu’une personne ayant la crainte de Dieu, qui peut protéger l’environnement et la vie. Ainsi, l’implication des confessions religieuses dans la lutte contre les changements climatiques et la préservation de l’environnement est salutaire et même impérieux pour la sauvegarde de la terre.

Au niveau de l’église catholique, le panéliste s’est surtout appuyé sur la lettre encyclique « Laudato Si’ » sur la sauvegarde de la maison commune du Pape François. Le document est donc présenté aux participants et le conférencier a ensuite évoqué les actions concrètes pouvant être mises en œuvre en matière de sauvegarde de la création.

Les participants ont pris connaissance du point de vue des églises protestantes et évangéliques à travers six points à savoir : La création : œuvre de Dieu, la position du COE par rapport à la sauvegarde de la création, l’engagement des Eglises protestantes par rapport à la sauvegarde de la création, les réponses des Eglises béninoises et les défis actuels : sauvegarde de la création et développement durable, quelle synergie ?

Enfin les participants ont pris connaissance de pratiques favorisant la préservation de l’environnement dans les traditions et cultes endogènes notamment les pratiques locales de gestion forestière à travers les forêts sacrées. Au-delà de ces pratiques traditionnelles, le conférencier a surtout évoqué les résonnances théologiques de la préservation de l’environnement dans le corpus des déclamations de la tradition Fa. Aussi les participants ont-ils été invités à protéger les forêts sacrées présentes dans presque tous les villages du Bénin.

Les échanges effectués à la suite des communications ont permis les recommandations / conclusions suivantes :

-          L’intégration de l’éducation environnementale dans la catéchèse ;

-          La mise en place d’une plateforme d’ONG et de confessions religieuses pour la préservation de l’environnement ;

-          La diffusion de la charte sur la gouvernance environnementale locale ;

-          La célébration de journée internationale pour sensibiliser les populations et les fidèles des diverses confessions religieuses ;

-          La poursuite du renforcement des capacités des leaders religieux sur la question des changements climatiques et de la préservation de l’environnement en général.

La conférence débat s’est achevée avec une prière de clôture conduite par le Pasteur Pierre HODOMIOU représentant le Conseil National de l’Eglise Evangélique des Assemblées de Dieu.