Get Adobe Flash player
CIPCRE-Bénin : 1993 – 2021 : 28 ans d’engagement pour un Bénin plus humain, sain et vert.

Articles

Le Directeur National en mission de suivi du Projet de lutte contre l’abus et/ou l’exploitation sexuels des filles dans le Département de la Donga au Bénin

 Du19 au 21 novembre 2012, le Directeur National a effectué, comme l’accoutumée une visite de suivi du Projet de lutte contre l’abus et/ou l’exploitation sexuels des filles dans le Département de la Donga au Bénin.

 1- Déroulement de la mission :

 Outre les séances de travail avec le personnel, des visites de terrain ont été effectuées dans les deux communes de concentration du projet :

 a) Commune de Djougou :

 -          Séances de travail successivement au CEG de Bariénou, à l’Ecole primaire publique d’Ananinga et au CEG de Toko Toko ;

 -          Visites du centre de tissage et du CEG de Belléfoungou

 -          Séance de travail avec les représentantes des groupements de femmes de Belléfoungou

 

 

Les huit (8) groupements de femmes de Belléfoungou qui avaient été sensibilisées par le CIPCRE-Bénin ont désigné des responsables qui ont formé le Comité dont vous dévisagez les membres. Ce Comité passe de hameau en hameau chaque vendredi (jour de prière et jour de repos pour les actifs économiques qui se prêtent alors aux activités du Comité).

 b) Commune de Ouaké :

 -          Visite du CEG de Tchalinga

 -          Séance avec le groupement des femmes «Tchiri Tchiri » de Tchalinga

 «Tchiri Tchiri » est un groupement créé depuis dont les activités traditionnelles se rapportent à l’éducation à l’hygiène et à la salubrité publiques. Depuis que le groupe a été approché par l’équipe du CIPCRE-Bénin en 2011, il ne se lasse pas d’intégrer à ses activités habituelles la sensibilisation contre les abus sexuels sur les enfants. Les femmes membres de ce groupement étaient exacerbées par les grossesses et les abandons scolaires dont sont victimes leurs enfants filles ; d’autant plus que lorsque le phénomène se produit, les charges pèsent sur les mères trop vite culpabilisées et parfois anathématisées par les papas.

 2- Constats :

 La pertinence du problème des abus sexuels sur les filles mineures demeure et constitue une véritable préoccupation des partenaires rencontrés. L’engagement des uns et des autres est évident au regard des actions de protection qui sont menées.

 3- Préoccupations émises par les partenaires rencontrés :

 -          Poursuivre le renforcement des capacités des comités de veille et des personnes relais afin de leur permettre de disposer de nombreux arguments pour sensibiliser et convaincre ;

 -          Diversifier les cibles à sensibiliser ;

 -          Spécifiquement :

 pour Tchalinga, cerner tout l’arrondissement en faisant des sensibilisations dans les autres villages ;

  • pour le CEG de Bariénou, mettre à disposition une boîte à lettres aux fins de recueillir dans l’anonymat des informations, des dénonciations, des suggestions et autres contributions ;

-          Associer l’éducation environnementale dans les établissements scolaires partenaires du       CIPCRE-Bénin ;

 -          Tenir à Bariénou, une séance avec les intermédiaires impliqués dans le réseau de convoyage des enfants en exode vers le Nigeria et le Niger.

 4- Implications opérationnelles en perspectives

 -          Initier des activités complémentaires notamment dans les villages témoins ;

 -          Organiser davantage des séances de formation et de sensibilisation ;

 -          Elaborer de nouveaux supports pédagogiques pour les activités de formation et de sensibilisation ;

 -          Renforcer la documentation des informations et particulièrement les récits et les histoires de vie ;

 -          Caractériser certaines situations qui constituent des causes structurelles comme celles relatives à la résidence des enfants et leur prise en charge ;

-          Faire des investigations pour mieux comprendre les causes structurelles du phénomène d’abus sexuel dans les zones d’intervention ;

 -          Poursuivre avec les émissions radiophoniques.

  

Fait à Djougou, le 24/11/2012

 Le C/UJP

 Guénoukpa BARKA