Get Adobe Flash player
CIPCRE-Bénin : 1993 – 2019 : 26 ans d’engagement pour un Bénin plus humain, sain et vert.

ASSAINISSEMENT DU CADRE DE VIE

 Au Bénin, la gouvernance environnementale n’est pas encore une réalité internalisée par les populations de nos villes et campagnes. On peut donc observer de nombreux comportements ne favorisant pas le maintien d’un milieu sain. C’est le cas par exempledans la commune des Aguégués en général et en particulier dans le village Akpadon où le cadre de vie est particulièrement insalubre. L’étude sur l’hygiène du milieu et l’assainissement dans la commune des Aguégués révéla que les déchets solides ménagers, les eaux usées, les déjections humaines, animales et résidus d’élevage sont déversées dans la nature et sont autant de sources d’insalubrité du milieu et de diverses maladies liées à l’eau. De plus la présence quasi permanente de l’eau constitue un facteur aggravant et de ce fait les populations sont constamment exposées à des risques de contaminations aux maladies et épidémies (choléra, paludisme, etc).

Ce contexte à risques a motivé leCIPCRE-Bénin à poursuivre des actions d’assainissement du cadre de vie dans ses zones d’intervention et ses zones d’influence en l’occurrence le département de l’Ouémé. Outre les formations et sensibilisations assurées par le CIPCRE-Bénin lui-même, plusieurs activités sont menées par et avec les organisations de la société civile. Ces activités peuvent s’inscrire dans trois catégories à savoir les reboisements, les salubrités et les sensibilisations sur les règles d’hygiène du milieu.

Les journées nationales de l’arbre ont toujours été l’occasion pour CIPCRE-Bénin de procéder à des reboisements dans les villes et campagnes. Dans ce cadre, on peut mentionner l’appui de CIPCRE-Bénin à l’Union des Elèves et Etudiants de la Commune de Bonou (UNEECOB) qui a organisé des sensibilisations sur le maintien de la verdure, l’importance de l’arbre et les techniques de reboisement en milieu scolaire dans trois collèges de la commune de Bonou, suivie de séance de plantation de 600 plants d’acacia et d’eucalyptus dans les trois collèges de la Commune que sont CEG Bonou, CEG Atchonsa et CEG Damè-Wogon. Par exemple, la cour royale de Bonou a marqué d’un sceau particulier l’édition de cette journée en sollicitant l’appui du CIPCRE-Bénin pour le reboisement de la forêt Gbèvozoun où 100 plants d’essences forestières locales ont été mis en terre, tenant lieu de sensibilisation envers toute la population de l’intérêt du roi à la conservation des ressources forestières de la localité.

De même, le Collectif des Etudiants de la Commune des Aguégués (CECA) est appuyé pour la mise d’une série d’activités dans le village d’Akpadon. Capitalisant les sensibilisations faites par le CIPCRE-Bénin dans les lieux de cultes, cette organisation a organisé une séance d’IEC sur les règles d’hygiène du milieu au cours de laquelle 11 plaques portant des messages pour l’adoption de bons comportements en matière d’hygiène en langue locale. Une séance de salubrité a été également effectuée autour du point d’eau principal du village. Dans le souci de pérenniser ces initiatives, les élèves du CEG du village sont également informés sur ces attitudes éco-citoyennes afin de redynamiser les classes d’environnement déjà actives dans les autres villages. En effet, ces classes d’environnement initiées dans les cours primaires ont continué de fonctionner.

C’est toujours dans ce cadre que se poursuit l’initiative Jeunes Citoyens Actifs pour un Environnement Sain (JCAES) entre la Jeune Chambre Internationale Porto-Novo Première et le CIPCRE-Bénin dans la ville de Porto-Novo. Il s’agit d’une approche d’assainissement de la ville basée sur la mobilisation des jeunes autour des questions environnementale et des plaidoyers à l’endroit des autorités locales de la ville. En effet la couche juvénile de cette ville est incitée à s’investir pour la propreté de la cité, à s’organiser, à se faire former et à réfléchir aux stratégies à mettre pour l’amélioration de la gouvernance environnementale et l’assainissement de la ville en particulier. Environ cinq cent (500) jeunes des cinq (05) arrondissements de la ville ont bénéficié de renforcement de capacité sur l’écocitoyenneté active, l’assainissement et les avantages de vivre dans un milieu sain. Ces jeunes de même ceux formés l’année précédente, ont montré leur engagement et ont fait participer d’autres jeunes aux différentes séances de salubrité organisées dans la ville par cette organisation de la société civile, suivant l’approche « un mois, un arrondissement ». La JCI mène aussi des actions de plaidoyers à l’endroit des chefs quartiers et des chefs d’arrondissements (CA). Toutes ces activités ont été couronnées par une journée de distinction de 150 jeunes actifs et d’une autorité locale dévoués à la promotion de la gouvernance environnementale, à l’écocitoyenneté active et la prise en compte des questions environnementale dans la gestion de la ville. Au cours de cette journée de distinction organisée le 08 décembre 2012, le CIPCRE-Bénin s’est vu décerné par la JCI Porto-Novo 1ère, le Prix du Meilleur Partenaire, alors que son Directeur National, reçoit le titre de Membre d’honneur. Compte tenu des résultats encourageant obtenus, le partenariat avec cette organisation et l’appui de CIPCRE-Bénin sont renouvelés pour la mise en œuvre d’un nouveau projet au titre de l’année 2013.